Animation Scientifique

Soutenance de thèse

Dimitry Wintermantel présentera ces travaux de thèse le mercredi 5 décembre à 15H15 en salle séminaire CEBC.

Effets des pesticides sur les abeilles dans les paysages agricoles

Les abeilles sont en déclin, menacés par une combinaison de facteurs tels que les pesticides, les pathogènes et le manque de fleurs. Les apiculteurs, scientifiques et politiques ont particulièrement incriminé les insecticides néonicotinoïdes, fréquemment retrouvés dans le pollen et le nectar des plantes cultivées ou sauvages. Cependant, leurs impacts sont rarement évalués sur des abeilles butinant en plein champ.

Dans cette thèse, nous regardons si la surface en agriculture biologique autour des ruches affecte des abeilles domestiques, pour vérifier si un système de culture sans pesticide de synthèse leur est bénéfique. Puis, nous testons comment les colzas traités au clothianidine, un néonicotinoïde, affectent les performances et la sensibilité aux pathogènes des abeilles domestiques et des bourdons. Enfin, nous identifions les conditions qui modifient la quantité de néonicotinoïdes dans le nectar de colza et si cette quantité peut potentiellement menacée les butineuses.

Nos résultats suggèrent que l’agriculture biologique peut être bénéfique aux colonies d’abeilles, probablement grâce à une quantité continue de fleurs dans le temps venant partialement de l’absence de désherbants. L’exposition à la clothianidine affectait fortement la reproduction des bourdons, mais peu les performances des colonies d’abeilles domestiques et la pathosphère des deux espèces. Enfin, de quantités d’imidaclopride, avec un risque considérable pour les butineuses, ont été retrouvées dans le nectar malgré l’interdiction dans les cultures mellifères. Ces résultats confortent la récente décision d’interdire l’imidaclopride, clothianidine et thiamethoxame en plein champ sur les cultures en Europe.

Mot clés : Pesticides, abeilles domestiques, bourdons, néonicotinoïdes, pathogènes d’abeilles, agriculture biologique, adventices, agroécologie

 

Effects of pesticides on bees in agricultural landscapes

Bee declines, driven by a combination of stressors including pesticides, pathogens and lack of flowers, may exacerbate biodiversity loss and food insecurity. Beekeepers, scientists and policy-makers have particularly implicated neonicotinoid insecticides, which are frequently found in the pollen and nectar of crops and weeds. However, the effects of pesticides have rarely been assessed on free-foraging bees in agricultural landscapes.

Therefore, we examine, in this thesis, how organic farming impacts honeybee colonies to see whether they benefit from a farming system without synthetic pesticides. Then, we assess how exposure to the neonicotinoid clothianidin in oilseed rape affects the performance and pathogen susceptibility of honeybee and bumblebee colonies. Lastly, we examine neonicotinoid residues in oilseed rape nectar to determine conditions that favour neonicotinoid spread and uptake as well as potential risks for foraging bees.

Our results suggest that organic farming may benefit honeybee colonies, possibly through a continuous provision of flowers partially resulting from reduced herbicide use. Clothianidin exposure had no detectable negative impacts on honeybee colonies but severe effects on the reproduction of bumblebees. Clothianidin exposure barely affected the pathosphere of honeybees and bumblebees, suggesting no major long-lasting immunosuppression. Finally, we determined that, despite being banned in bee-attractive crops, imidacloprid contamination in oilseed rape poses a risk for foraging bees. Therefore, we reaffirm the recent decision to ban imidacloprid, clothianidin and thiamethoxam in all outdoor crops in the EU.

Keywords: Pesticides, honeybees, bumblebees, neonicotinoids, bee pathogens, organic farming, weeds, agro-ecology

 

Journées thématiques & Conférences

 

Les commentaires sont clos.