Alexandre Villers

Alexandre Villers

Alexandre Villers, post-doctorant

alexandre.villers[at]gmail.com

 

Ma thématique de recherché se situe à l’interface des processus de sélection de l’habitat (recherche alimentaire ou de reproduction) et de la dynamique des populations, dans le contexte des changements globaux. Jusqu’à présent, j’ai principalement étudié des espèces spécialistes des milieux agricoles et boréaux, où les changements d’habitats d’origine anthropique sont particulièrement marqués.

Depuis le début de l’année 2015, je suis responsable d’un projet de recherche visant à mieux comprendre les conséquences des interactions entre les grandes infrastructures, par exemple les fermes éoliennes, et les paysages agricoles pour ces espèces patrimoniales spécialistes de ces milieux. Plus précisément nous chercherons à répondre à des questions telles que «Les infrastructures affectent-elles le choix des sites de reproduction ? » « Les oiseaux modifient-ils leur caractéristique de vols à proximité de ces infrastructures ? » « Les infrastructures affectent-elles la distribution spatiales des génotypes / phénotypes ? » en étudiant approfondissant l’écologie de trois espèces à statut de conservation défavorable : le busard cendré, l’œdicnème criard et l’outarde canepetière. Nous tenterons de répondre à ces questions en combinant des données de suivi à long terme à des données individuelles, comme le génotypage microsatellite et les dosages hormonaux, ainsi que des données GPS très précises.

Ce projet est une collaboration entre une association de protection de la nature (le Groupe Ornithologique des Deux Sèvres), à qui les administrations d’état demandent régulièrement des recommandations dans le cadre de développement de ces infrastructures, et l’équipe Agripop, qui travaille depuis plus de 20 ans sur l’écologie et la conservation de ces espèces spécialistes des milieux agricoles.

English version

My research lies at the interface of habitat selection processes (for foraging and breeding purposes) and population dynamics, in the context of global changes. Until now, I have mostly worked with birds in farmland and boreal landscapes, where habitat changes due to anthropogenic activities are particularly marked.

Since the beginning of 2015, I’ve been leading a research project aiming at understanding consequences on patrimonial bird species of the interplay between large human infrastructures, such as wind turbines, and farmland landscapes. More precisely, we will try to answer questions such as “Do infrastructures affect the selection of nesting sites?” “Do birds modify their flight characteristics in the vicinity to these infrastructures?” “Do these infrastructures affect the spatial distribution of certain genotypes / phenotypes?” by gaining knowledge of the ecology of 3 threatened species: the Montagu’s Harrier, the Stone Curlew and the Little Bustard. These questions will be tackled thanks to a combination of long term monitoring data sets and individual data, such as microsatellite genotyping or hormone dosage, and top of the art GPS tracking systems.

This project is a tight collaboration between a NGO (the Groupe Ornithologique des Deux Sèvres), which is regularly faced with concrete recommendations requested by regional administration when it comes to the development of these infrastructures, and team Agripop, which has been working on the ecology and conservation of farmland specialists for the past 20 years.

Emplois précédents / Previous positions:

  • Postdoctoral Research Associate (Apr. 2014 – Dec. 2014): Spatial ecology of farmland bird species in the context of global changes UMR7372, CEBC-CNRS (V. Bretagnolle’s research team).
  • Postdoctoral Research Associate (Jan. 2014 – Mar. 2014): Assessing the effects of wind energy on the White-tailed eagle, Section of Ecology, Department of Biology, University of Turku (T. Laaksonen’s research team).
  • Postdoctoral Research Associate (Sep. 2010 – Dec. 2013): Spatio-temporal processes in boreal birds of prey Section of Ecology, Department of Biology, University of Turku (E. Korpimäki’s research team).
  • PhD (Feb. 2007 – Feb 2010): From individual behaviours to spatial population dynamics: some insights from an endangered lekking species. CEBC-CNRS (supervisor: V. Bretagnolle).

Les commentaires sont clos.